Traitement de l’acné et des cicatrices modérées à sévères avec un laser de 650 microsecondes à 1064 nm et de l’isotrétinoïne

Michael H. Gold MD, Natalia E. Manturova MD PhD, Larisa S. Kruglova MD PhD, Evgeniya V. Ikonnikova MD

Selon la tradition, les procédures laser pour traiter l’acné vulgaire doivent être reportées au moins 6 à 8 mois après la fin du traitement systémique à l’isotrétinoïne. Ceci est basé sur des données suggérant que la dermabrasion ou la thérapie laser pendant le traitement à l’isotrétinoïne peut induire la formation de chéloïdes ou retarder la réparation des téguments de la peau (c’est-à-dire le tissu cicatriciel de la peau).17 La validité de cette pratique a récemment été remise en question. 812 Dans leurs recommandations consensuelles, Spring et ses collègues10 ont signalé des preuves insuffisantes indiquant que les médecins devraient retarder la dermabrasion manuelle, la chirurgie cutanée, l’exfoliation chimique superficielle, l’épilation au laser et les procédures laser ablatives et non ablatives fractionnées chez les patients recevant ou ayant récemment terminé un traitement à l’isotrétinoïne. Les auteurs n’ont toutefois pas recommandé la dermabrasion mécanique et la thérapie laser entièrement ablative pendant que les patients suivaient un traitement systémique à l’isotrétinoïne.

Deux mois plus tard, la Société américaine de chirurgie dermatologique a fait part de ses recommandations consensuelles concernant la sécurité des lasers, de la dermabrasion, des exfoliations chimiques, des appareils à énergie et de la chirurgie cutanée pendant et après l’utilisation de l’isotrétinoïne. 11 Le groupe de travail a conclu que les preuves manquaient pour que les médecins retardent les procédures avec les exfoliations chimiques et les lasers non ablatifs (c’est-à-dire les lasers et les lumières d’épilation, les lasers vasculaires, les dispositifs fractionnés) chez les patients actuellement ou récemment exposés à l’isotrétinoïne, et que la dermabrasion superficielle et focale, lorsqu’elle est effectuée par un professionnel bien formé, peut également être sécuritaire. Après avoir passé en revue les études publiées, Mysore et ses collègues12 ont indiqué que les preuves pour éviter une variété de procédures (resurfaçage au CO2 fractionné, laser Nd:YAG fractionné, lasers infrarouges fractionnés, épilation au laser, microdermabrasion à l’aide de cristaux d’aluminium, micro-aguillage [with and without radio- frequency]et les chirurgies en acier froid) chez les patients sous traitement à l’isotrétinoïne était faible ou limitée. Les auteurs ont suggéré qu’au lieu d’éviter ces procédures, les médecins effectuent une procédure de test pour établir la sécurité chez des patients sélectionnés prenant de l’isotrétinoïne.

La présente étude explore l’efficacité et la sécurité de l’utilisation d’un laser Nd:YAG 1064 nm de 650 microsecondes (LightPod Neo Elite, Aerolase Corp., Tarrytown, NY) en association avec de l’isotrétinoïne à faible dose pour le traitement de l’acné et des cicatrices d’acné.

Table of Contents

Photo Courtesy of Dr. Diedre Nelson-Sands,
The Art of Skin Clinic, Bahamas.

Stay up to Date
with Aerolase!

Receive weekly newsletters, event & promotional alerts, and so much more!

Stay up to Date with Aerolase!

Join other industry professionals and keep up-to-date with the latest happening in your world. Receive weekly newsletters, event & promotional alerts, and so much more!

By registering you agree to our Terms and Conditions and Privacy Policy and understand that you will be receiving email communications.

Request Your Aerolase Demo Today!

« * » indique les champs nécessaires